Forum entre potes tranquille....


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La fin d'une époque...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benouze
flooder professionnel
avatar

Nombre de messages : 414
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: La fin d'une époque...   Jeu 9 Fév - 14:22

Bonjour,

Tous les gmistes ayant effectué leurs 3 années (les autres je leur parle pas diable connaissent Borland au moins pour son éditeur C, ses magnifiques couleurs bleutées, son interface chaleureuse, son inspecteur de variables, etc...
Peut-être même ont-ils été amenés à utiliser JBuilder au cours de leur carrière (oui, je sais, pas toi Nico...inutile de crier ! lol

Et bien tout cela c'est fini...ça ne nous rajeunit pas et une petite pinte serait assurémment la bienvenue...

Citation :
Delphi et JBuilder, ça a eu payé...

Depuis le temps qu'on prévenait Borland qu'à force de viser le marché des outils de gestion du cycle de vie des applications ils allaient se couper de leur base historique*, les développeurs, voilà, c'est fait. Et c'est Borland qui prend les devants : l'éditeur met en vente son activité environnements de développement (IDE). Delphi, JBuilder, C++ Builder, kinenveu ?
A en croire le rapport d'activité 2004, l'activité IDE représentait encore quasiment la moitié du chiffre d'affaires : un peu plus de 100 millions de dollars sur 214 millions. Le reste se répartissant entre outils de conception (Starteam, Togethersoft... : 59 M$) et outils d'infrastructure (AppServer, VisiBroker... : 55 M$). Mais c'est une activité en net déclin : moins 19% de 2002 à 2003, moins 20% de 2003 à 2004 - et on attend le rapport 2005, qui doit arriver bientôt, pour se prononcer sur la dernière année.
Face à ça, Borland souligne dans son communiqué de presse les perspectives du marché de l'ALM (Application lifecycle management), calculées par IDC : un taux de croissance annuel moyen de 9,2%, pour un marché évalué à 3,3 milliards en 2009. Et c'est vrai que la marge de manoeuvre du nouveau patron, Tod Nielsen, était étroite : la santé financière de Borland n'est pas au top, il fallait rassurer les actionnaires. Tant pis pour l'histoire d'amour entre les développeurs et Borland. Mais ce n'est pas gagné pour autant sur le marché de l'ALM : Rational, CA, Mercury, Compuware ou Telelogic se positionnent aussi sur le créneau. Sans compter que face à ce qui apparaît souvent comme des usines à gaz, des outils issus de l'Open Source apportent des réponses concrètes et simples d'utilisation. Et la constitution d'un portefeuille intégré prend du temps - l'acquisition de Segue Software, annoncée en même temps, renforce en effet les capacités de Borland, mais cela laisse augurer d'un lourd travail de R&D pour assembler tout ça.

*Voir l'interview de Dale Fuller (alors CEO de Borland) et celle de Scott Arnold (alors CEO par interim) dans la suite de ce billet.

Je ferai une mise à jour dès que j'aurai quelqu'un de Borland au téléphone (à ce propos, merci à l'agence de RP ; je le souligne, parce que généralement, c'est nous qui apprenons ce genre de choses aux attachés de presse...).

MAJ : j'ai pu parler quelques minutes au téléphone avec Chris Barbin, vice-président senior de la division services de Borland. Qui m'a expliqué que certes, le marché des outils de développement avait évolué, sous la pression d'Eclipse et de l'Open Source, mais que "surtout, c'est notre focus en tant que société qui a changé, sur la productivité de l'entreprise, et non plus la productivité individuelle". Vous allez me dire, il n'allait pas me dire que oui monsieur, le marché des IDE, c'est mort, vu qu'il cherche à vendre le business...
Est-ce trop tôt, comme le craint Ovum (le cabinet d'analystes nous a envoyé une note, où il se mouille carrément : "At the end of the day one must ask the question of are there any winners in this announcement? We believe so, however the bigger question is whether Borland will be the major winner or the major loser") ? Chris Barbin répond que depuis deux ans, l'offre ALM connaît une croissance à deux chiffres, et accumule les clients (sujet à suivre).
Je lui ai demandé aussi pourquoi ne pas avoir créé une spin-off : "Cela aurait requis deux business models, et il est difficile pour une société de notre taille d'être performant sur deux modèles à la fois, cela aurait dilué notre focus."
Enfin, qui va racheter ? "Il y a deux ou trois partis intéressés, et il devrait y en avoir d'autres [...]. Dans tous les cas, nous espérons pouvoir avancer rapidement, et boucler la transaction au premier semestre."

Pour information, l'interview de Scott Arnold, CEO par interim, parue dans LMI en septembre dernier :

Le changement au début de l'été à la tête de Borland augure-t-il d'un changement de stratégie ?
Dale Fuller a décidé de démissionner après la présentation de résultats trimestriels qui n'étaient pas acceptables [il reste membre du directoire, NDLR]. Mais la stratégie ALM [Application Lifecycle Management, gestion du cycle de vie de l'application, NDLR] est la bonne et je suis bien décidé à accélérer dans cette voie. Les mauvais résultats étaient surtout liés à notre atelier de développement Java JBuilder, tandis que notre segment ALM ne progressait pas suffisamment pour compenser. Quand il est question de résultats, une ou deux grosses affaires peuvent faire une énorme différence. Devrions-nous changer de stratégie parce qu'un client décide de concrétiser un achat en août plutôt qu'en juin ? Non.

Que va devenir JBuilder ?
Nous lui ajouterons des capacités de travail collaboratif et nous aiderons nos clients à migrer à leur rythme sur la plate-forme Eclipse. Mais nous portons plutôt nos ressources sur la partie développement de l'ALM. Nous voyons le marché des outils de développement comme mature. Notre but aujourd'hui est d'ajouter de la valeur au-dessus des ateliers, quels qu'ils soient, Eclipse ou Visual Studio. La valeur ne réside plus dans l'outil, mais de plus en plus dans la façon de faire travailler ensemble toute une chaîne d'outils, dans un contexte multi-plate-forme. Dans cette optique, il est important de fournir la technologie, mais aussi, et c'est ce qui fait la différence, les processus - la raison pour laquelle nous avons acquis TeraQuest, spécialiste de CMMi. La troisième étape de notre stratégie SDO (Software Delivery Optimization) consistera à mettre en place une couche de gestion des ressources et des budgets.

Un pas vers la gouvernance ?
Les outils de gouvernance sont plus focalisés sur la conformité que sur la qualité logicielle, je dirais plutôt que nous allons vers le PPM (Project and Portfolio Management). Nous cherchons à ajouter des fonctionnalités en ce sens. Vous pouvez vous attendre à une acquisition d'ici à six mois.


http://blog1.lemondeinformatique.fr/ingenierie_logicielle/2006/02/delphi_et_jbuil.html






Il y a un message caché dans ce message Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La fin d'une époque...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bridon de tout horizon, de toute époque
» époque des chouans (de Bignan)
» Une momie de l'époque romaine découverte en Egypte
» L'époque des amours pour les couleuvres d'Esculape.
» Costumes d'époque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum entre potes tranquille.... :: Général :: bah général-
Sauter vers: